2,5 M$ pour le chemin de fer gaspésien : Une annonce gouvernementale en deçà des attentes créées par l’ex-ministre des Transports

Retour du train de passagers : Le gouvernement libéral refuse d’étudier la pétition en commission parlementaire
29 septembre 2016
Le démantèlement libéral des régions doit cesser
20 octobre 2016

Les députés de Gaspé et Bonaventure, Gaétan Lelièvre et Sylvain Roy, qualifient de nettement insuffisant le récent investissement financier de Transports Québec sur le pont ferroviaire Ristigouche situé sur le chemin de fer gaspésien.

Dépendamment de laquelle des études réalisées sur l’estimation des coûts de la remise en état du tronçon utilisées comme étalon de mesure, cet investissement correspond de 2,5% à 5% de la somme nécessaire pour assurer la mise à niveau du chemin de fer entre Gaspé et Matapédia pour les 25 prochaines années.

« Cet investissement insuffisant est loin de refléter l’engagement public pris par l’ex-ministre des Transports, Robert Poéti, lors de l’achat du tronçon par Transports Québec en mars 2015. Ce dernier s’était engagé à investir rapidement pour la remise en état des deux extrémités du tronçon soit Matapédia-New Carlisle et Percé-Gaspé. Nous en sommes au troisième ministre des Transports depuis cet engagement non honoré et les deux tronçons sont toujours à un niveau insatisfaisant pour assurer la reprise du train passager de VIA Rail.  Notons que la direction de VIA Rail se disait récemment prête à reprendre son service dès que le rail serait remis à niveau. La balle est donc dans le camp du nouveau propriétaire du chemin de fer ; Transports Québec » a déclaré le député de Bonaventure Sylvain Roy.

Non seulement le gouvernement du Québec ne débloque aucun nouveau projet économique pour la région, mais par surcroit il hypothèque le développement de celle-ci en négligeant de remettre en opération le tronçon ferroviaire Matapédia-Gaspé.

Nous n’en sommes plus à l’étape des études de potentiel. Nous avons atteint le stade de besoins concrets au niveau ferroviaire en ce qui concerne plusieurs entreprises majeures de la Gaspésie :

  • Le train touristique l’Amiral desservant les croisières internationales
  • L’usine LM WindPower de Gaspé qui doit exporter ses pâles aux États-Unis
  • La cimenterie McInnis de Port-Daniel a besoin du train tant pour son approvisionnement que pour ses exportations

Ces entreprises ont besoin notamment du service ferroviaire pour poursuivre leurs activités et leur expansion. Le nouveau propriétaire du rail, Transports Québec, a l’obligation de répondre à leurs besoins. Les acteurs socio-économiques, municipaux ainsi que la population ont fait leurs devoirs en appuyant les projets mentionnés précédemment. Le gouvernement doit faire les siens.

« Les MRC de la Gaspésie ont maintenu le chemin de fer à bout de bras avec des moyens financiers extrêmement réduits depuis les 15 dernières années, le gouvernement du Québec a acquis pour une bouchée de pain ce tronçon de plus de 350 km et manque à son engagement de procéder à la remise en état de celui-ci. C’est une situation inacceptable tant au plan politique qu’au plan moral. Le rôle de l’État n’est pas de déposséder une région de ses actifs, mais plutôt de l’accompagner dans le maintien de ses outils de développement essentiels que sont notamment ses infrastructures de Transports » a déclaré le député de Gaspé Gaétan Lelièvre.

Les députés de Gaspé et Bonaventure somment le gouvernement du Québec, par l’entremise du ministre des Transports, d’enclencher sans délai le processus de mise à niveau du chemin de fer gaspésien, de Gaspé à Matapédia.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone