Après avoir coupé 13M$, le gouvernement annonce 1,5M$ pour la région

Déclaration de député – Microbrasserie Auval – 23 février 2017
27 février 2017
Le ministre de la Santé doit faire preuve d’équité régionale et de cohérence
14 mars 2017

Québec, le 6 mars 2017 – En réaction à la tournée régionale des ministres des Affaires Municipales et de l’Occupation du Territoire, Martin Coiteux ainsi que du ministre responsable de la région, Sébastien Proulx pour le lancement du Fonds d’Appui au Rayonnement des Régions (FARR) qui s’arrête en Gaspésie, le député de Gaspé et responsable de la région Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine pour le l’opposition officielle, Gaétan Lelièvre, tient à rappeler aux ministres l’existence d’un manque à gagner de 23M$ pour la région GIM depuis l’arrivée du gouvernement libéral.

En avril 2015, le gouvernement libéral a aboli les Conférences Régionales des Élus (CRE) et a diminué de plus de la moitié le support financier aux Centres Locaux de Développement (CLD). Concrètement, l’abolition de la CRÉ a entrainé la disparition d’un budget global annuel moyen de 10M$ pour des projets et des ententes spécifiques dans la région Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine. Les coupures dans les CLD ont quant à elle engendré des pertes annuelles de 3M$.

« C’est donc 13M$ par année pour le développement, la concertation, l’entrepreneuriat et l’occupation du territoire qui a été retiré à la région. Après deux ans, les élus municipaux et les leaders socio-économiques doivent poursuivre leur travail de développement avec plus de 20M$ en moins. Et aujourd’hui, le gouvernement nous annonce un fonds qui, dans le meilleur des cas, sera établi à 1,5M$ soit 10% de l’enveloppe initiale annuelle. C’est plus que décevant et insuffisant! Non seulement le gouvernement actuel concentre ses investissements majeurs dans les régions urbaines, mais en plus, il dépouille les régions dites ressources et rurales du coffre à outils et des budgets qui existaient depuis de nombreuses années » constate de le député de Gaspé.

Le gouvernement rajoute l’insulte à l’injure en cédant la gestion de ce nouveau fonds à des instances gouvernementales alors que les MRC ont toute l’expertise requise pour administrer la maigre enveloppe du programme FARR. On peut se demander où est le partenariat et la gouvernance de proximité promit par le gouvernement au monde municipal.

« La région Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine a un fort potentiel de développement. Les acteurs municipaux et socio-économiques de la région travaillent fort pour la consolidation et le développement de l’économie régional, toutefois le gouvernement du Québec doit jouer son rôle d’accompagnateur du milieu en assurant la mise en place de conditions favorables au développement. Le gouvernement Marois avait bien compris son rôle à l’égard des régions. Nous avons réalisé en 2013 une vaste consultation de l’ensemble des acteurs municipaux et socio-économiques des 6 MRC de la région GIM et nous avons mis en place une stratégie de développement spécifique à celle-ci. Cet outil est toujours d’actualité. Qu’attend le gouvernement actuel doit réaliser les projets qui y sont inscrits? » se demande le député de Gaspé.

Le député de Gaspé considère que le contexte de surplus budgétaire au Québec doit permettre un réinvestissement massif dans les régions, notamment en Gaspésie – Iles-de-la-Madeleine. Un leadership politique du gouvernement du Québec et des budgets à la hauteur des défis à relever sont absolument nécessaires, et ce de façon urgente. Les récentes statistiques démographiques et économiques des MRC de la région le démontrent clairement.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone