Caucus des députés du Parti Québécois de l’Est-du-Québec – Optilab : Aucun gain et beaucoup de dommages à prévoir

Services d’hémodialyse en Gaspésie : Le choix de la cohérence s’impose pour le gouvernement
12 décembre 2016
Le député de Gaspé demande la mise en place d’une cellule de crise interministérielle
8 février 2017

Lorraine Richard (Duplessis), Martin Ouellet (René-Lévesque), Pascal Bérubé (Matane – Matapédia), Harold Lebel (Rimouski), Gaétan Lelièvre (Gaspé) et Sylvain Roy (Bonaventure), dénoncent les effets négatifs du projet Optilab dans les régions de la Gaspésie, de la Côte-Nord et du Bas-Saint-Laurent.

Les députés du caucus du Parti Québécois de l’Est-du-Québec, réunis à l’occasion de la rentrée parlementaire à Québec, constatent que le projet issu des réformes mur à mur du ministre de la Santé et des services sociaux, Gaétan Barrette, ne tient pas la route dans leurs régions respectives. Encore lundi, un reportage a dévoilé que la centralisation des laboratoires nécessitera 1,4 M$ pour la première année et ne sera pas rentable avant quatre ans. En plus de l’absence de gains d’efficience ou de rentabilité, la réforme Optilab causera rapidement de nombreux dommages en région.

« Optilab a des impacts négatifs en Gaspésie, c’est indéniable. Qu’on parle des coûts, de la perte d’expertise, de démobilisation du personnel, ce projet n’obtient pas la note de passage. Encore une fois, le ministre Barrette nous propose une réforme purement administrative sans gain réel pour notre système de santé et qui, de surcroît, pénalise les patients en augmentant les délais et les risques quant à la qualité des analyses. Cette réforme fait mal aux régions, car elle n’y est pas adaptée » a soutenu le député de Bonaventure, Sylvain Roy.

Des dizaines de technologistes de la Gaspésie seront affectés. On peut y ajouter les nombreux médecins et travailleurs du domaine de la santé qui devront composer avec les délais et les risques de contaminations des tests médicaux suite à cette centralisation.

« Encore une fois, ce sont les patients et les professionnels du milieu de la santé qui font les frais des changements de structures inutiles ordonnés par le ministre Barrette. Les particularités régionales de la Gaspésie n’ont pas été prises en compte dans cette réforme. La centralisation des laboratoires médicaux aura des impacts certains sur la qualité des soins de santé offerts aux patients. En plus de déposséder la Gaspésie d’une autonomie et d’une expertise régionale en centralisant la profession de technicien de laboratoire à Rimouski, la réforme Optilab causera la perte de 15 emplois sur les 75 technologistes médicaux en Gaspésie. Le ministre fait tout ça sans aucun gain garanti et malgré les réticences soutenues de nombreux professionnels associées au domaine de la santé. C’est très difficile à comprendre! » a conclu le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone