Au cours des 4 dernières années, les gaspésiens ont payé comptant la réhabilitation du chemin de fer

Déclaration de député – Lauréats régionaux de Secondaire en Spectacle – 11 avril 2017
12 avril 2017
Déclaration de député – Hommage à la professeure Line Gagné – 26 avril 2017
27 avril 2017

Québec, le 17 avril 2017 – Le député de Gaspé Gaétan Lelièvre déplore les nombreuses tergiversations du gouvernement dans le dossier du rail gaspésien propriété du ministère des Transports du Québec. La valse des déclarations ministérielles contradictoires (voir annexe ci-jointe au communiqué), le mutisme de l’actuel ministre des Transports et le manque de leadership du ministre responsable de la région Sébastien Proulx dans ce dossier ne sont plus tolérables. Face à ce triste constat, je sollicite l’intervention du Premier ministre du Québec, M. Philippe Couillard, afin que son gouvernement mette fin à cette situation insoutenable qui nuit au développement de la Gaspésie.

Rappelons que depuis 2014, les budgets annuels d’entretien routier octroyés à la région par le MTQ sont passés de 84M$ à 56M$ en 2017. Le total des coupures que le gouvernement libéral a fait dans l’entretien et le développement du réseau routier gaspésien depuis son arrivée au pouvoir est de l’ordre de 118M$.

Budgets routiers octroyés à la région par le MTQ

2013-2014 (PQ) 84 M$

2014-2015 (PLQ) 60 M$ -24 M$

2015-2016 (PLQ) 54 M$ -30 M$

2016-2017 (PLQ) 48 M$ -36M$

2017-2018 (PLQ) 56 M$ -28 M$

Total des coupures : -118M$

Études réalisées pour la réfection du rail de Matapédia à Gaspé

AECOM (2016) ; commandée par le MTQ ; 122 M$

CANARAIL (2016) ; commandée par la Société de Chemin de Fer de la Gaspésie ; 86 M$

Assez c’est assez, chiffres à l’appui, au cours des 4 dernières années les Gaspésiennes et Gaspésiens ont payé le coût de la réhabilitation du chemin de fer entre Matapédia et Gaspé strictement avec les coupures du budget d’entretien du réseau routier gaspésien. Le gouvernement du Québec a tous les éléments nécessaires pour officialiser immédiatement sa décision en regard de l’avenir du chemin de fer gaspésien. C’est sa responsabilité en tant qu’État accompagnateur des régions dans leur développement, mais également à titre de propriétaire de cette infrastructure.

Le consensus à ce jour est clair. La pression sur les élus municipaux, leaders régionaux et les entreprises manufacturières gaspésiennes a assez duré. Strictement pour le cas de LM WindPower de Gaspé, c’est près de 500 emplois qui dépendent du chemin de fer. 500 emplois à Gaspé, avec ses 20 000 habitants, c’est l’équivalent de 50 000 dans la région métropolitaine avec les 2 millions d’habitants. Est-ce qu’on laisserait planer le doute sur 50 000 emplois à Montréal? Poser la question c’est y répondre.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone