Un décret inadapté aux réalités de la Gaspésie

Motion – Le transport comme condition de base au développement des régions – 14 juin 2017
15 juin 2017
Une réorientation gouvernementale positive, mais encore inadaptée à la Gaspésie
20 juillet 2017

Projet de décret sur la reconstruction en zone inondable

Un décret inadapté aux réalités de la Gaspésie

Québec, le 12 juillet 2017 – Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, considère que la décision du  gouvernement d’adopter un décret sur la reconstruction en zone inondable ne correspond pas aux réalités géographiques, économiques et financières de la région et des municipalités gaspésiennes et madeliniennes.

Le 23 juin 2017, le gouvernement du Québec annonçait son intention d’adopter ce décret d’ici la fin juillet 2017 pour les secteurs identifies comme des zones d’interventions spécifiques (ZIS).

« Les relevés cartographiques, exigés par le gouvernement du Québec en vertu de ce décret, qui devront être élaborés par les municipalités couteront très chers à celles-ci. On parle d’environ 40 000$ par municipalité pour chaque cours d’eau visé ce qui signifie un cout de plus de 100 000$ pour certaines municipalités gaspésiennes. À cet égard, la Gaspésie est traitée inéquitablement, car depuis plus de 15 ans, le gouvernement devait fournir une cartographie de base aux MRC afin qu’elles puissent adopter une règlementation régissant les zones inondables sur leur territoire. La plupart des régions du Québec ont reçu gratuitement cette cartographie de base du gouvernement, mais pas la Gaspésie. Cette lacune gouvernementale augmente de façon considérable le cout que les municipalités devront assumer pour la confection de la cartographie exigée en vertu du futur décret » a déclaré le député de Gaspé.

Il est aussi important de préciser que ce décret s’inscrit dans le cadre des inondations majeures survenues en avril et mai dernier dans l’Ouest et le centre du Québec. Ce phénomène d’inondation n’est pas présent dans la même mesure en Gaspésie, où le territoire est davantage soumis à l’érosion des berges de façon récurrente et de plus en plus violente depuis plusieurs décennies. Les tempêtes de décembre et janvier dernier le démontrent sans équivoque.

« Pourtant le futur décret exclue le fleuve et le Golfe du Saint-Laurent de la liste des cours d’eau a risque et ne traite pas de la problématique de l’érosion côtière qui affecte dangereusement la côte gaspésienne, le Bas-Saint-Laurent et la Côte-Nord. Peut-on imaginer pire exemple de méconnaissance de la réalité gaspésienne?» s’interroge le député Lelièvre.

Selon le député de Gaspé, il s’agit une fois de plus d’une intervention gouvernementale mur a mur qui ne répond pas aux réalités spécifiques de plusieurs régions dont celle de la Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine.

Gaétan Lelievre considère que le futur décret s’avère précipité, car plusieurs sinistrés et municipalités partout au Québec, visés par les inondations du printemps en sont encore à la phase de rétablissement. Le fait que le gouvernement enclenche de façon mur à mur une opération majeure et incomplète de révision des règlementations municipales est inadapté aux besoins de notre région.

Le député Lelièvre considère également que la méthode d’établissement de la valeur des propriétés prévue par le gouvernement basée en fonction de l’évaluation foncière au lieu de la valeur marchande pénalisera les propriétaires dont leurs immeubles sera affecté par des bris a plus de 50%. Il est reconnu que la valeur municipale est généralement beaucoup plus base que la valeur marchande d’une propriété dans la région.

« Considérant que les orientations émises par le MAMOT à l’égard du futur décret sont inéquitables et inadaptés à la réalité des municipalités gaspésiennes je demande au ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du Territoire de suspendre la mise en oeuvre de ce décret pour la région Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine tant et aussi longtemps que les particularités territoriales et régionales ne seront pas prises en compte par l’appareil gouvernemental dans le cadre de ce projet de décret. De plus, un programme d’aide financière doit être mis en place afin de soutenir les municipalités de la région et ainsi compenser pour l’absence des cartographies de base qui devaient être fournies par le gouvernement il y a de ça plus de 15 ans en Gaspésie » a conclu le député de Gaspé.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone