Le député de Gaspé demande la mise en place d’une cellule de crise interministérielle

Caucus des députés du Parti Québécois de l’Est-du-Québec – Optilab : Aucun gain et beaucoup de dommages à prévoir
8 février 2017
Annulation de la rencontre d’informations interministérielle du 25 janvier 2017
8 février 2017

Gaspé, le 12 janvier 2017 – Suite aux problèmes d’érosion occasionnés par les fortes marées qui s’abattent sur la région depuis la mi-décembre, le député de Gaspé et responsable de la région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine pour l’opposition officielle Gaétan Lelièvre demande au gouvernement du Québec de mettre en place une cellule de crise interministérielle pour la Gaspésie dirigée par le ministre responsable de la région Sébastien Proulx.

Le 16 décembre dernier, une tempête hivernale suivie de marées sans précédent ont malmené le littoral nord de la Gaspésie. La Haute-Gaspésie a été durement touchée avec des bris importants à la 132 occasionnant la fermeture de plus de 100km de route nationale, seule route reliant les villages de la partie nord, enclavant plusieurs citoyens au sein des villages de La Martre, Marsoui, Rivière-à-Claude, Mont-Saint-Pierre et Saint-Maxime-de-Mont-Louis. À l’aube du Nouvel An, les éléments se sont encore déchainés causant des dommages importants sur l’ensemble du littoral gaspésien.  Cette fois-ci, en plus de la 132 en Haute-Gaspésie, des citoyens et des infrastructures de Percé, le Grand Gaspé, Grande-Rivière, Sainte-Thérèse-de-Gaspé et du secteur de l’Estran ont subi des dégâts majeurs suite aux hautes marées et aux vents violents. Depuis maintenant 24h, une autre tempête accompagnée de fortes marées s’abat sur la pointe gaspésienne. Les dommages les plus considérables se trouvent dans le village de Percé. Le village est extrêmement vulnérable suite à la destruction des restes de la Promenade qui agissait comme mur de protection et qui a été partiellement détruite par une autre tempête hivernale il y a un an.

Selon Gaétan Lelièvre, les dégâts engendrés par les hautes marées ont décuplé les effets pervers de la crise que subit la Gaspésie au niveau de ses Transports. Les bris occasionnés aux routes, dernier rempart de la circulation des personnes et des marchandises en Gaspésie, rendent extrêmement difficiles les déplacements sur le territoire de la péninsule. De plus, le rail gaspésien, toujours en attente d’annonces pour sa remise à niveau, a subi des dégâts supplémentaires.

Parmi les secteurs touchés au sein de la région, le cas de Percé est extrêmement préoccupant, car la capitale touristique gaspésienne, décrétée arrondissement naturel par le ministère de la Culture, est placée dans une situation extrêmement vulnérable suite à la destruction des restes de la Promenade qui agissait comme mur de protection. Depuis près de 18 mois, la ville est dans l’attente de l’aide gouvernementale en provenance du gouvernement du Québec pour réaliser les études nécessaires pour l’aménagement des nouveaux ouvrages permanents de protection du village. Au cours des dernières semaines, les propriétés détruites et endommagées sévèrement s’additionnent. La situation commande des mesures immédiates de la part du gouvernement. Sur le terrain, une coordination de l’ensemble des ministères impliqués est requise de façon urgente, d’autant plus qu’il n’y a pas de conseil municipal en place.

« La situation sur le plan de l’érosion du littoral est extrêmement grave actuellement en Gaspésie et commande une action gouvernementale concertée et immédiate. Je demande au gouvernement du Québec de mettre en place une cellule de gestion de crise pour gérer le dossier. Cette cellule, sous forme de comité interministériel, devra être composée de représentants de chacun des ministères directement concernés. En l’occurrence, le ministère de la Sécurité Publique, des Transports, de la Santé, des Affaires Municipales, du Tourisme, de l’Environnement et le ministre responsable devront travailler conjointement. Les représentants de chacun des ministères au sein du comité devront être des personnes en autorité se rapportant directement à chaque ministre concernés afin d’assurer l’efficacité de leur action. La coordination et le leadership devraient être du ressort du ministre responsable de la région, Sébastien Proulx. L’objectif principal de ce comité est d’assurer la mise en place de moyens d’intervention à court terme afin d’assurer la protection des personnes et des biens, mais également la mise en place d’actions à moyen et long terme pour pallier aux enjeux de l’érosion du littoral gaspésien. Ce comité aura également comme mandat de pallier à l’approche en silos généralement déployée par l’appareil gouvernemental retardant l’avancement des dossiers et compliquant la tâche des intervenants du milieu. Des infrastructures municipales, des propriétés privées et des commerces sont fortement endommagés. Les municipalités et les citoyens demandent du soutien et des réponses. Le décret gouvernemental est nettement insuffisant, car les commerces et les OBNL notamment n’ont pas droit à l’aide financière de derniers recours. Le temps presse » a déclaré le député de Gaspé.

Gaétan Lelièvre considère incontournable l’approche multisectorielle majeure que requiert la situation présentement vécue en Gaspésie pour assurer l’efficacité de l’intervention gouvernementale. Le ministre Proulx, responsable de la région, se doit de mettre en place rapidement le comité interministériel.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone