Le FARR nettement insuffisant pour la Gaspésie

Encore moins de services et d’expertises publics pour la Gaspésie et en Haute-Gaspésie
12 avril 2018
Le gouvernement fédéral improvise sans consulter la région
12 avril 2018

Fonds d’appui au rayonnement des régions

Le FARR nettement insuffisant pour la Gaspésie

Gaspé, le 14 août 2017 – À la suite de l’annonce gouvernementale du budget de développement régional octroyé à la Gaspésie, le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, est d’avis que tout investissement dans la région est le bienvenu cependant, pour lui, le Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR) est nettement insuffisant.

Rappelons que depuis 2014, le gouvernement du Québec a coupé le soutien au développement régional avec l’abolition des CRÉ et des CLD ce qui a fait perdre entre 10 et 13M$ annuellement à la région. Après 3 ans, c’est plus de 30M$ qui ont été coupés en Gaspésie dans le soutien au développement régional et aux projets socio-économiques.

Le gouvernement a annoncé une somme annuelle de 2M$ pour la région en 2017-2018 et une majoration de cette enveloppe à 5,53M$ en 2021-2022. Il s’agit de 40% de l’enveloppe budgétaire destinée au développement de la région en 2014. En 2021-2022, le manque à gagner depuis 2014 s’établira alors à plus de 70M$. Aujourd’hui, le gouvernement a officialisé sa coupure de près du 2/3 du budget de développement socio-économique de la Gaspésie.

« Diminuer un budget de 13M$ annuellement à un budget de 2M$ cette année, et peut-être de 5,5M$ dans 5 ans, il n’y a pas de quoi se réjouir. Ce sont inévitablement les organismes de tous les secteurs ainsi que les entrepreneurs sur tout le territoire gaspésien et madelinot qui seront perdants. D’ailleurs, les impacts sur le terrain de ces coupures budgétaires sont nombreux notamment dans les domaines du tourisme, de la culture et de la concertation » a déclaré le député de Gaspé.

Avec une gestion centralisée dans les ministères, ce maigre budget de développement entre en contradiction avec les principes d’autonomie et de partenariat que le gouvernement souhaite implanter dans ses relations avec les paliers municipaux.

« Pour moi, il s’agit clairement d’un recul en termes d’autonomie municipal et de décentralisation de voir le principal outil de développement offert par le gouvernement être géré par les ministères. L’abolition d’instances régionales comme les CRÉ et les CLD et confier la gestion des nouvelles sommes de développement régional aux ministères (MAMOT) va directement à l’encontre des demandes d’autonomie municipale revendiquée par le monde municipal depuis de nombreuses années. Malheureusement, ceci ne peut qu’être associé à un retour du pouvoir centralisateur » a conclu le député Lelièvre.

À la lumière de l’analyse des budgets de développement local et régional des trois dernières années, le député de Gaspé constate un recul gouvernemental en matière de soutien au développement et de concertation régionale. Le député Lelièvre invite le gouvernement à s’impliquer davantage pour soutenir la Gaspésie dans son développement socio-économique.