Les gaspésiens et gaspésiens doivent être aux premières loges des décisions concernant les hydrocarbures sur leur territoire

Gaétan Lelièvre poursuivra son mandat comme député indépendant
12 avril 2018
Le gouvernement s’oppose à une motion demandant l’arrêt des travaux à Haldimand
13 avril 2018

Exploration et exploitation des hydrocarbures en Gaspésie

Les gaspésiens et gaspésiens doivent être aux premières loges des décisions concernant les hydrocarbures sur leur territoire.

Québec, le 14 novembre 2017 – Depuis l’arrêt du développement des hydrocarbures sur l’Île d’Anticosti, la Gaspésie est devenue le nouveau centre d’intérêt québécois dans ce domaine. Toutefois, les gaspésiens et les gaspésiennes, les intervenants socioéconomiques et les élus municipaux, nos principaux représentants, n’ont pas accès à toute l’information pertinente et objective afin de se positionner de façon éclairée dans cet important débat.

Un éventuel développement des hydrocarbures en Gaspésie aura inévitablement des impacts significatifs à plusieurs égards. Que ce soit sur le plan de la santé, social, économique, environnemental et touristique notamment. La résultante finale ne peut être totalement positive ou négative! Nous sommes en présence d’un dossier extrêmement complexe qui aura des impacts majeurs sur l’avenir de notre région.

« Les élus municipaux, les leaders socioéconomiques et la population en général se retrouvent coincés entre le discours de l’industrie pétrolière et le celui des groupes de défense de l’environnement, deux parties ayant des intérêts totalement divergents et qui ne sont pas nécessairement objectifs en la matière. Cette situation est totalement inacceptable, le gouvernement doit informer et accompagner avec compétence et objectivité les intervenants de la région. Si le gouvernement ne joue pas ce rôle, qui le fera? », a déclaré le député de Gaspé.

Il est non seulement légitime, mais également absolument nécessaire, voire incontournable, que la région directement concernée bénéficie de toute l’information lui permettant d’être aux premières loges des décisions concernant son avenir.

De plus, considérant l’importance que semble prendre la notion d’acceptabilité sociale dans le récent discours gouvernemental, le député de Gaspé réitère la position précédemment exprimée en septembre 2016 à l’égard de la fracturation sur le site d’Haldimand.

« À partir du moment où l’industrie déclare son intention d’utiliser la fracturation, je m’objecte totalement à l’utilisation de ce procédé en milieu urbain. Il est important de préciser que le secteur d’Haldimand est situé à proximité du centre-ville de Gaspé et du parc Forillion, entouré de résidence, aux abords de la baie de Gaspé, où cohabitent notamment l’industrie des croisières internationales, la pêche, l’aquaculture et plusieurs mammifères marins. Je constate que l’acceptabilité sociale n’est clairement pas au rendez-vous en ce qui a trait à l’utilisation du procédé de fracturation. Je demande donc au gouvernement du Québec de prendre toutes les mesures nécessaires afin de mettre fin aux activités de l’industrie pétrolière en cours à Haldimand. » a déclaré le député de Gaspé.