Le gouvernement doit passer de la parole aux actes pour la Haute-Gaspésie

Tirage Célébration : La demande des Gaspésiennes et Gaspésiens a été entendue par Loto-Québec, des changements seront apportés. 
16 avril 2018
Le laxisme de Transports Québec dans le dossier du chemin de fer nuit aux entreprises gaspésiennes!
16 avril 2018

Le gouvernement doit passer de la parole aux actes pour la Haute-Gaspésie

Gaspé, le 13 février 2018 – Suite à la période de questions du 13 février, le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, est extrêmement déçu de l’absence de réponses pertinentes du gouvernement en regard de la situation socioéconomique fort inquiétante de la MRC de la Haute-Gaspésie.

Comment expliquer que neuf mois après les déclarations publiques du 14 mai et du 25 septembre 2017 du Premier ministre du Québec à l’effet que c’était dorénavant « au tour de la MRC de la Haute-Gaspésie de recevoir de l’aide », qu’aucun dossier majeur présenté par les élus municipaux et les leaders socioéconomiques n’ont abouti ? Notamment :

  • La phase II de la formation professionnelle au Centre Micheline-Pelletier.
  • La mise à niveau de l’aéroport de Sainte-Anne-des-Monts et l’évacuation aérienne d’urgence.
  • Le développement du tourisme hivernal en Haute-Gaspésie.
  • L’accès à de l’eau potable à La Martre.
  • La rupture de service du bloc opératoire de l’hôpital de Sainte-Anne-des-Monts.
  • L’érosion côtière ; la route 132, l’enclavement des villages et l’approvisionnement.
  • Le village parc Mont-Saint-Pierre.
  • Le musée scientifique Exploramer.
  • La situation économique précaire, particulièrement dans l’est de la Haute-Gaspésie.

Le gouvernement doit prendre acte de l’urgence et de l’importance de soutenir efficacement les démarches de relances socioéconomiques élaborées par les acteurs de la Haute-Gaspésie, un territoire affichant un immense potentiel de développement.

« Est-ce que le Premier ministre était sérieux lors de ses déclarations ?

Est-ce que le message du Premier ministre a été reçu et compris par son équipe ministérielle ?

Si oui, le gouvernement doit passer de la parole aux actes », a déclaré le député de Gaspé.