Le ministère de l’Éducation est déconnecté de la réalité des régions

Le député de Gaspé adresse trois questions au gouvernement
15 juin 2017
Soutien alimentaire aux écoles, une bonification insuffisante pour la Gaspésie
15 juin 2017

Aide alimentaire aux écoles

Le ministère de l’Éducation est déconnecté de la réalité des régions

Gaspé, le 9 juin 2017 – Le député de Gaspé Gaétan Lelièvre trouve inacceptable la réponse fournie par le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, également ministre responsable de la région Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine, à l’égard des coupures dans le soutien alimentaire aux écoles pour les établissements de la Gaspésie.

Lorsqu’interpellé par le député de Gaspé lors de la période de questions du 7 juin, le ministre Proulx a déclaré que les modifications apportées au programme de soutien alimentaire aux écoles ont permis « une correction importante en soutenant d’abord et avant tout les écoles défavorisées (et en) cessant de financer par accident, ou pour toutes sortes de raisons, des écoles qui étaient favorisées ». Le ministre a également mentionné qu’il était ouvert à l’ajout d’aide ponctuelle par « le milieu qui peut se prendre en charge ». Pour le député de Gaspé, cette réponse est une autre preuve de la déconnexion évidente du gouvernement envers les régions du Québec.

« L’accident selon moi ce sont les nombreux programmes gouvernementaux qui ne répondent pas aux réalités des régions comme la nôtre.

Lorsqu’on me répond que les écoles de Sainte-Anne-des-Monts, Saint-Maxime-de-Mont-Louis et Murdochville qui accueillent les enfants des municipalités les plus dévitalisées du Québec ont été financées par accident pendant 15 ans et que maintenant l’argent est investi là où c’est nécessaire, je trouve ça inacceptable. Le ministre mentionne également être ouvert aux contributions d’organismes du milieu. Je regrette, mais ce n’est pas aux communautés dévitalisées de compenser les lacunes d’un programme gouvernemental inadapté à la réalité des régions » a déclaré le député de Gaspé.

Il est important de mentionner que 90% des localités de la région Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine sont considérées comme dévitalisées selon l’étude de

l’Institut de la Statistique du Québec commandée par le MAMOT en 20141. L’indice de vitalité est construit à l’aide de plusieurs critères tels que la décroissance et le vieillissement de la population, le revenu médian, le taux d’emploi et l’autonomie financière des municipalités. Cela permet de qualifier la situation socio-économique d’un territoire et d’une population. Les localités gaspésiennes desservies par les écoles dont l’aide alimentaire a été coupée font toutes parties des municipalités les plus dévitalisées du Québec.

« Il ne faut pas se leurrer, lorsqu’on parle de dévitalisation, on parle de pauvreté, de difficultés sociales et économiques. Pour l’aide alimentaire aux écoles, je constate que plus de 70% des écoles de l’Île de Montréal, dont notamment celles de Westmount, y ont maintenant accès alors que ce sont 5% des écoles gaspésiennes qui y ont droit. Je demande au ministre d’user de son gros bon sens et de faire en sorte les enfants qui avaient droit à l’aide alimentaire puissent encore compter sur ce soutien minimal en septembre 2017 soit par une bonification du programme ou par d’autres mesures compensatoires. C’est un non-sens que ce programme de soutien aux enfants soit quasiment absent de la région la plus dévitalisée du Québec » a conclu le député de Gaspé.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone