Le ministre Barrette déconnecté des réalités régionales

Non à la fracturation dans le secteur Haldimand
13 septembre 2016
Retour du train de passagers : Le gouvernement libéral refuse d’étudier la pétition en commission parlementaire
29 septembre 2016

Le député de Gaspé et porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement régional dénonce les propos insensés du ministre de la Santé Gaétan Barrette concernant l’accessibilité aux soins de santé en région.

Lors d’une entrevue accordée à TC Media, le ministre Barrette a déclaré qu’il était tout à fait acceptable pour un patient hémodialysé de devoir parcourir 1 200 km par semaine pour recevoir ses traitements. Ces propos ont soulevé l’ire du député de Gaspé :

• Les propos émis par le Dr Barrette sont d’un mépris total pour les citoyens des régions. Ils confirment encore une fois le désengagement gouvernemental envers les régions du Québec.

• Le ministre se cache derrière une directive élaborée par des gens qui méconnaissent les régions. Faire 400 km aller-retour, 3 fois par semaine, pour des soins essentielles à la survie, c’est inacceptable.

• Le parallèle tenu entre les patients des banlieues urbaines et les citoyens de la Gaspésie est grotesque. Faire 1h30 d’autoroute dans le trafic versus 5hrs sur des routes entre montagnes et mers soumises aux aléas de la météo et dépourvues de services et/ou d’habitations et de réseaux cellulaires sur de longue distance, ce n’est clairement pas de même niveau.

• Les habitants de Saint-Jérôme nommés par le ministre, à défaut de pouvoir compter sur des services essentiels dans leur milieu, peuvent compter sur des plages horaires préférentielles leur permettant d’éviter les heures de pointes. Sinon c’est un autre exemple des problématiques liées à l’accessibilité aux soins de santé notamment sous le gouvernement libéral actuel.

• Le gouvernement devrait s’assurer que les patients en provenance des banlieues urbaines devraient bénéficier d’une plage horaire exclusive afin de recevoir leurs services de santé hors des heures d’embouteillage. C’est simple une question de planification. C’est élémentaire quand on place le patient au cœur du système et non l’inverse !

• Il n’y a pas de contrôle sur la maladie, mais comme ministre vous avez un contrôle sur la nature et la qualité des services de santé dispensé au patient. C’est toute une différence, le réalisez-vous M. le Ministre ? Le ministre se cache derrière la fatalité de la maladie pour justifier la délocalisation des citoyens des régions vers les grands centres. Quel manque de courage ! L’État doit être le maître d’œuvre en termes d’occupation dynamique du territoire. Les propos du ministre de la Santé vont carrément dans le sens contraire.

• Il y a une réelle problématique reliés a lass des soins de santé dans les régions du quevec. nous sommes en 2016, les avancées médicales et technologiques doivent etre mise a contributiuon de facon maximal afin dameliorer la desserte de soins de santé spécialisé aux citoyens nes des régions dites éloignées.

• Côte-Nord : Durant plusieurs années, il n’y avait aucun service d’hémodialyse à Baie-Comeau ce qui obligeait des patients à faire plus 400 kilomètres pour se rendre à Chicoutimi. Depuis 2016, une unité existe toutefois aucune ressource humaine y est attribué ! Pour un patient de Forestville qui a besoin de 3 séances par semaine, c’est 470 kilomètres l’aller, 73 320km par année !

• Bas-Saint- Laurent : Les citoyens auront accès à l’hémodialyse à Rivière-du-Loup après plusieurs pression des citoyens.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone