Le ministre de la Santé doit faire preuve d’équité régionale et de cohérence

Après avoir coupé 13M$, le gouvernement annonce 1,5M$ pour la région
9 mars 2017
Il faut savoir apprécier les bonnes nouvelles
27 mars 2017

Québec, le 14 mars 2017 – Le député de Gaspé Gaétan Lelièvre et le député de Bonaventure Sylvain Roy rappellent au ministre de la Santé et des Services sociaux, M. Gaétan Barrette, l’importance d’offrir des services d’hémodialyse sur l’ensemble de la péninsule gaspésienne pour non seulement assurer la santé et la sécurité des patients nécessitant ces soins, mais également l’occupation et le maintien des populations sur le territoire gaspésien.

 

En réaction à l’entrevue donnée à Radio-Gaspésie par le ministre de la Santé le 10 mars dernier, les députés gaspésiens ont été surpris d’apprendre par le ministre Barrette qu’on en était encore à étudier le lieu d’implantation de nouvelles unités d’hémodialyse. Selon eux, la réponse se trouve dans la recommandation 11 des Orientations ministérielles pour les patients souffrant d’insuffisance rénale publiées par son ministère en octobre 2015.

 

« Étant donné qu’on semble se diriger vers une annonce, nous tenions à rappeler en tout respect au ministre de la Santé l’existence de normes en ce qui a trait au déplacement des personnes atteintes de maladies rénales. En ce sens, la recommandation 11 fait état d’un temps de déplacement maximal de trois heures aller-retour entre le domicile et le lieu de traitement. Dans la situation actuelle, les patients de la Haute-Gaspésie, de l’Estran, du secteur nord du Grand-Gaspé et d’une partie de la Baie-des-Chaleurs sont hors-normes et certains doivent parcourir le double de la distance recommandée! On a annoncé il y a quelques jours la mise en place d’une unité d’hémodialyse à Rivière-du-Loup qui se trouve à 2h de route de Québec et 1h de Rimouski, bravo aux citoyens du Bas-Saint-Laurent! Toutefois, pour être cohérents et équitables avec les normes du ministère de la Santé, nous demandons que des sièges d’hémodialyse soient ajoutés dans les hôpitaux de Sainte-Anne-des-Monts, Gaspé et Maria » a déclaré le député de Gaspé.

 

Depuis deux ans, plusieurs demandes pour l’obtention de centres de dialyse pour Gaspé et la Haute-Gaspésie ont été adressées au Ministère de la Santé et des Services sociaux. Deux pétitions totalisant plus de 11 000 signatures ont été déposées à l’Assemblée nationale par le député de Gaspé. Les divers témoignages des patients touchés ont permis de comprendre que l’insuffisance rénale frappait sans distinction d’âge et plaçait les citoyens devant un choix difficile : faire des milliers de kilomètres de route ou quitter la région pour s’installer près d’un centre de dialyse. On ne peut être insensible au cas de la jeune Guy-Gabrielle Boulay-Fortin qui a dû quitter la Gaspésie d’urgence pour s’installer à Rimouski et suivre ses traitements d’hémodialyse. Son cas s’ajoute à ceux de M. Jean Lapointe, M. Robert Benoit, Messieurs Cyril Gibeault et Cyril Gibeault fils et Mme Thérèse Lamarre qui ont tour à tour interpellé le ministre de la Santé à ce sujet.

 

« Le témoignage de la jeune Guy-Gabrielle Boulay-Fortin nous prouve que l’enjeu de l’hémodialyse, et dans un cadre plus large celui le manque d’accessibilité aux soins de santé spécialisés, est une menace pour l’occupation dynamique du territoire gaspésien » a conclu le député de Bonaventure.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone