Mise à jour économique : La Gaspésie a payé cher pour ce surplus budgétaire

Le démantèlement libéral des régions doit cesser
20 octobre 2016
Les libéraux refusent de protéger la baie des Chaleurs, la baie de Gaspé et la baie Malbaie
4 novembre 2016

Les députés de Gaspé et de Bonaventure, Gaétan Lelièvre et Sylvain Roy dénoncent que le surplus budgétaire, annoncé mardi par le ministre des Finances, dans le cadre de la mise à jour économique du gouvernement, ait été réalisé sur le dos des régions, comme la Gaspésie.

« Après avoir coupé dans les budgets au cours des deux dernières années et demie, le gouvernement pousse l’odieux en annonçant des investissements pour les régions qui incluent Montréal et Québec.  Lorsque la métropole et la capitale auront passé à la caisse, il ne restera plus une cenne pour la Gaspésie et les autres régions, c’est clair !  Les coupes de dizaines de millions en santé et en éducation depuis avril 2014 ont fait très mal aux citoyennes et aux citoyens de la région », a indiqué le député de Bonaventure.

« Le surplus de 2,8 G$ annoncé dans la mise à jour économique n’est pas apparu par magie. Ce surplus a été fait à des coûts sociaux et humains énormes pour les régions du Québec. Concrètement en Gaspésie, voici ce qui a servi à notamment financer ce surplus budgétaire:

  • La centralisation des soins santé spécialisés vers Rimouski et Québec forçant les patients gaspésiens à parcourir de longues distances pour des soins vitaux
  • L’abolition des CRÉ et CLD qui a entrainé la disparition des budgets récurrents de développements régionaux
  • Le retard de la phase 2 du dossier de formation professionnelle à Sainte-Anne-des-Monts (conduite d’engin de chantier) et la fin au support d’Exploramer
  • L’abandon du Train touristique l’Amiral cloué en gare depuis deux saisons et l’absence d’investissements sur le rail gaspésien, propriété du gouvernement du Québec depuis 2015, qui prive la région de services de transport ferroviaire
  • Le retard dans la reconstruction permanente de la Promenade de Percé, notre capitale touristique
  • Le refus d’appuyer le projet du Centre d’interprétation de la bataille du Saint-Laurent à Grande-Vallée
  • La fermeture du Consortium en foresterie de la Gaspésie faute de financement public
  • La constante baisse d’investissements dans le réseau routier gaspésien (l’entretien de la route 132 est passé d’un budget annuel de 84M$ à 48M$ en 3 ans) », a ajouté Gaétan Lelièvre.

Des élus montréalais responsables des régions

Sylvain Roy déplore également le choix du gouvernement de nommer deux députés-ministres de Montréal pour s’occuper du développement régional.  Selon lui, cette décision démontre un manque de sensibilité du premier ministre Philippe Couillard.

« Contrairement à tous ses prédécesseurs, le premier ministre a fait le choix de ne pas nommer un ministre responsable des Régions. Il a plutôt confié les régions, dont la Gaspésie, à deux ministres de l’Île de Montréal. Qui connait les réalités des régions et défend celles-ci dans ce gouvernement ?», a conclu le député.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone