La MRC de la Haute-Gaspésie a besoin d’un coup de barre immédiat de la part du gouvernement du Québec

Études des Crédits 2017-2018 – Formation Professionnelle à Sainte-Anne-des-Monts
3 mai 2017
Entrevue avec Mario Dumont – 17 mai 2017
15 juin 2017

MRC de la Haute-Gaspésie : de l’érosion du littoral à l’érosion socio-économique

La MRC de la Haute-Gaspésie a besoin d’un coup de barre immédiat de la part du gouvernement du Québec

 

Sainte-Anne-des-Monts, le 29 mai 2017 – Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, demande au gouvernement du Québec, par l’entremise du ministre responsable de la région Gaspésie – îles-de-la-Madeleine Sébastien Proulx, d’établir des échéances précises et des engagements concrets pour la réalisation des dossiers importants de la MRC de la Haute-Gaspésie avant la fin des travaux parlementaires le 16 juin prochain. Selon le député, le temps de la réflexion et de l’attente est révolu. Nous sommes maintenant à l’heure des annonces et des réalisations.

Les dossiers socio-économiques que sont notamment la pérennisation d’Exploramer, l’établissement de nouvelles formations professionnelles au centre Micheline-Pelletier, la mise à niveau de la Maison de la Culture de Sainte-Anne-des-Monts et le réaménagement de l’aéroport de Sainte-Anne-des-Monts stagnent depuis plusieurs mois voire plusieurs années. De plus, les récents déboires d’Orbite à Cap-Chat amènent de l’incertitude auprès des employés, des créanciers et des actionnaires de l’entreprise de haute technologie. Les deux paliers de gouvernement doivent demeurer présents pour la survie de cette entreprise prometteuse. Également, le potentiel du parc de la Gaspésie qui contient les plus hauts monts à l’Est des Rocheuses n’est clairement pas exploité à son plein potentiel. À leur arrivée au pouvoir, les libéraux ont coupé l’investissement de 60 M$ destiné à développer le tourisme hivernal sur ce territoire. Aujourd’hui, ce ne sont que des budgets de fonctionnement qui sont accordés à ce joyau touristique québécois. La Haute-Gaspésie est la seule MRC de la région Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine à ne pas avoir eu d’annonces majeures dans le secteur du tourisme.

À Sainte-Anne-des-Monts, l’entreprise Crustacés des Monts est maintenant cantonnée au marché local, car elle ne répond plus aux normes de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Ce sont 40 emplois qui sont menacés en pleine saison de la crevette. Le gouvernement pourrait-il soutenir cette entreprise dans la mise à norme de ses installations? À La Martre, le problème d’eau potable qui prévaut depuis 17 ans progresse, toutefois un accompagnement gouvernemental serait apprécié pour faire aboutir les travaux des nouvelles installations. Cela fait 17 ans que le dossier progresse, mais entre une avancée et une réalisation, il y a une grande différence et durant ce temps c’est la population qui écope.

Les tempêtes destructrices qui ont frappé la Haute-Gaspésie depuis décembre 2016 ont affecté grandement la mobilité des citoyens sur le territoire. En plus des villes et villages du littoral qui ont été affectés, une grande partie des territoires non-organisés (TNO) de la Haute-Gaspésie qui habite près 200 personnes a été endommagée par les intempéries. Seulement sur le TNO, les dégâts sont évalués à 465 000$.

« La situation globale de la Haute-Gaspésie nécessite une intervention immédiate et sans délai de la part du gouvernement. Au niveau des transports, aucun projet majeur n’apparait dans la programmation 2017-2018 pour ce secteur de la Gaspésie fortement affecté par les tempêtes hivernales. De plus, l’établissement de voies de contournement pour éviter l’enclavement des communautés situées sur la 132, demandé à l’unanimité par les élus municipaux, a été refusé par Transports Québec et la Sécurité Publique. La Haute-Gaspésie a besoin d’écoute et de résultats ! Les élus municipaux, les entrepreneurs et les nouvelles familles venant s’installer sur le territoire ont besoin de soutien du gouvernement. Leur dynamisme pour relever la situation socio-économique de la région doit être reconnu et appuyer par le gouvernement du Québec. Il est plus que temps qu’il prenne acte des nombreux défis, mais surtout du potentiel énorme la MRC » a déclaré le député Lelièvre.

À Marsoui, les travaux nécessaires au passage de l’ouragan Arthur en 2014 ne sont pas encore achevés et les crues printanières de cette année ont occasionné d’autres dégâts au quai en plus d’affaiblir la route du Quai exposant les infrastructures d’aqueducs et d’égouts. Qu’attend le gouvernement pour régler le dossier de façon définitive et satisfaisante pour la communauté de Marsoui?

L’exemple d’enrochement à Mont-Louis pour contrer l’érosion du littoral est un bel exemple d’absence de vision et de planification à long terme pour la région. Ce n’est pas d’hier que le village de Mont-Louis est menacé par l’érosion et les tempêtes maritimes. Ce qui est proposé, du « patchage » à la pièce, est non seulement temporaire, cela enlaidit le littoral de ce village-relais reconnu pour sa baie magnifique qui attire bon nombre de touristes.

Que ce soit dans le domaine des Transports ou au niveau des projets socio-économiques, la Haute-Gaspésie est en attente d’actions du gouvernement du Québec. Cette attente est néfaste pour la MRC qui doit déjà composer avec une dévitalisation accrue des municipalités de son territoire et un vieillissement de sa population. Le solde migratoire négatif de même qu’un revenu disponible par habitat de 20 000$ par année font de la MRC de la Haute-Gaspésie la MRC la plus dévitalisée au Québec. Malgré les efforts, la détermination et l’acharnement des nouvelles familles, des entrepreneurs et des élus municipaux, la région peine à se développer.

« Le ministre régional Sébastien Proulx a refusé en mars 2017 la demande de statut particulier demandé par la MRC. Il doit donc livrer la marchandise pour concrétiser les demandes des intervenants municipaux et socio-économiques du milieu. De bonnes annonces ont eu lieu dans la Baie-des-Chaleurs et sur la pointe gaspésienne récemment. C’est positif, toutefois le gouvernement ne doit pas oublier les citoyens du secteur Nord de la Gaspésie. Depuis plusieurs années, la MRC oscille entre la 1ère et 2ème position des MRC dévitalisée. Les tièdes déclarations du premier ministre sont insuffisantes. La MRC a besoin de résultats, d’annonces et de décisions immédiatement. La situation sociale et économique le commande. Une demande a été placée par les élus municipaux pour que le gouvernement aide spécifiquement et sans délai la MRC de la Haute-Gaspésie. Qu’est-ce que ça prend de plus au gouvernement pour agir? » a conclu le député de Gaspé.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone