Négligence et contradiction du gouvernement du Canada à l’égard de ses propres mesures pour la protection d’espèces menacées

Annonce timide et opportuniste de Pêches et Océans Canada
16 juillet 2018
Une visite préélectorale pour ré-annoncer les conclusions du Sommet de février dernier
23 juillet 2018

Baleines noires et pêche au homard en Gaspésie

Négligence et contradiction du gouvernement du Canada à l’égard de ses propres mesures pour la protection d’espèces menacées

Gaspé, le 17 juillet 2018 – Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, dénonce fortement l’attitude et la façon de faire du gouvernement du Canada et notamment du ministère des Pêches et Océans dans le dossier de la protection de la baleine noire dans le fleuve Saint-Laurent. Le gouvernement fédéral n’a pas respecté ses propres objectifs et ses propres règles en imposant de façon unilatérale des mesures règlementaires dans le domaine de la pêche aux crabes et au homard en Gaspésie notamment.

En effet, la Loi canadienne concernant la protection des espèces sauvages en péril au Canada précise « que la connaissance et les intérêts — notamment socioéconomiques — des collectivités devraient être pris en compte lors de l’élaboration et de la mise en oeuvre des mesures » visant la protection d’espèces menacées.

De plus, Pêches et Océans Canada précise également que la « viabilité économique » ainsi que la « participation des intervenants aux processus décisionnels » doivent être prioritaires en matière de gestion des pêches.

« Bien qu’il y a nécessité de protéger toutes espèces en danger comme la baleine noire, il est toutefois déplorable et préjudiciable d’agir de façon improvisée et unilatérale comme l’a fait le ministère des Pêches et Océans du Canada au cours des derniers mois dans le dossier des pêches en Gaspésie. La façon de faire du gouvernement fédéral s’avère en complète contradiction avec ses propres principes ci-haut mentionnés qui auraient dû guider les actions de Pêches et Océans dans sa volonté de protéger les baleines noires. Nous sommes carrément en pleine contradiction et négligence de la part du fédéral dans ce dossier », selon le député de Gaspé.

L’absence de consultations des intervenants du secteur des pêches ainsi que l’absence de mesures de compensations financières adéquates par le fédéral démontrent le non-respect par le gouvernement canadien de ses propres obligations. L’ensemble des intervenants de l’industrie des pêches aux crabes et au homard de la Gaspésie ont unanimement dénoncés la façon de faire unilatérale de Pêches et Océans qui a rejeté systématiquement à de nombreuses reprises toutes leurs propositions qui étaient pourtant basées sur la connaissance fine et les particularités des pêches dans la région.

« Au lieu de faire confiance et de travailler en partenariat avec les acteurs du milieu, le gouvernement fédéral a préféré appliquer des mesures excessives, inadaptées au contexte des pêches en Gaspésie et prônées une fois de plus par des soi-disant spécialistes basés dans
des grandes tours au sein des grands centres urbains qui sont malheureusement très souvent déconnectés de la réalité des régions », a affirmé le député Lelièvre.

Compte tenu des impacts négatifs majeurs causés à l’industrie des pêches en Gaspésie, ailleurs au Québec ainsi que dans les Maritimes, le député de Gaspé demande au gouvernement fédéral, notamment au ministère des Pêches et Océans, de respecter ses propres règles en matière de respect et de considérations des collectivités dont l’économie est affectée négativement suite à la mise en place de mesures de protection pour les espèces menacées (baleine noire). Le député demande également d’implanter sans délai un processus de consultations des intervenants du secteur des pêches en Gaspésie afin d’épargner le plus possible la saison de pêche 2019 et d’annoncer des mesures d’aide financière compensatoire à l’industrie, aux pêcheurs et aux travailleurs d’usine. Selon le député Lelièvre, ces trois actions exigées du fédéral sont essentielles pour assurer la confiance des gaspésiens et gaspésiennes en regard du gouvernement canadien qui jusqu’à ce jour à agit de façon inapproprié et irresponsable dans le dossier de la protection des baleines noires dans le Saint-Laurent.