Encore moins de services et d’expertises publics pour la Gaspésie et en Haute-Gaspésie

Droit de représentation des régions au sein de l’Assemblée nationale
12 avril 2018
Le FARR nettement insuffisant pour la Gaspésie
12 avril 2018

Direction régionale du Ministère de l’Environnement à Sainte-Anne-des-Monts

Encore moins de services et d’expertises publics pour la Gaspésie et en Haute-Gaspésie

Québec, le 6 juillet 2017 – Le député de Gaspé déplore les coupures de ressources humaines à la direction régionale du ministre de l’Environnement de Sainte-Anne-des-Monts.

La diminution majeure des postes basés à Sainte-Anne-des-Monts est inacceptable dans un contexte où l’environnement est une préoccupation de plus en plus présente nécessitant une expertise accrue pour soutenir les municipalités, entreprises et citoyens dans les cheminements de leurs dossiers.

« Il s’agit d’un autre coup dur pour la Haute-Gaspésie et la région tout entière. La Gaspésie est une région distincte du Bas-Saint-Laurent depuis 1988, pourtant nous constatons la centralisation des services gouvernementaux vers la région voisine privant la Gaspésie et les Îles d’une expertise spécifique pour son territoire. L’ensemble des intervenants politiques et socio-économiques de région revendique depuis toujours d’avoir des directions régionales distinctes. L’étendue du territoire gaspésien et ses particularités régionales le commandent. L’orientation actuelle du gouvernement va totalement dans le sens inverse. On dépouille la région de son expertise et des services publics rendus aux citoyens, organismes et municipalités » a déclaré le député de Gaspé.

En ce qui a trait au ministère de l’Environnement, il s’agit d’une tendance amorcée depuis plusieurs années. L’absence de directeur régional assigné spécifiquement à la région Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine était un signe précurseur du transfert progressif de ressources professionnelles vers la région voisine. Cette tendance à la centralisation des services davantage vers les grands centres est symptomatique du gouvernement libéral actuel et s’avère très néfaste pour les régions. Cela s’additionne notamment à la centralisation des ressources en santé (Optilab) et la fermeture des bureaux régionaux d’Immigration Québec.

« Pour assurer leurs développements, la Gaspésie et les régions ont besoin de la présence et de l’appui des services de l’appareil gouvernemental québécois. Les directions régionales sont l’une des composantes permettant de mettre en place des mécanismes d’interventions qui tiennent compte de la réalité du milieu et des besoins des acteurs locaux et régionaux. Cette centralisation et cet éloignement des services gouvernementaux est un obstacle supplémentaire au développement et à l’occupation du territoire » a conclu le député Lelièvre.