Soutien alimentaire aux écoles, une bonification insuffisante pour la Gaspésie

Le ministère de l’Éducation est déconnecté de la réalité des régions
15 juin 2017
Motion – Le transport comme condition de base au développement des régions – 14 juin 2017
15 juin 2017

Soutien alimentaire aux écoles gaspésiennes

Une bonification insuffisante pour la Gaspésie

Québec, le 14 juin 2017 – Le député de Gaspé trouve préoccupant que la récente bonification du programme de soutien alimentaire aux écoles n’ait pratiquement aucun effet sur le financement aux écoles gaspésiennes.

Plus tôt cette semaine, le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport a élargi le programme de soutien alimentaire aux écoles. Destinée autrefois aux établissements classés 9 et 10 sur l’échelle de l’indice du Seuil de Faible Revenu (Indice SFR), l’aide alimentaire sera désormais disponible aux écoles secondaires cotées 8. Cette modification a un certain impact au niveau national, mais ne qualifie qu’une seule école secondaire de plus en Gaspésie (École Gabriel Le Courtois de Sainte-Anne-des-Monts), la région la plus dévitalisée du Québec.

« Ce qui me préoccupe c’est que même avec une bonification du programme, seulement 15% des écoles de la Gaspésie, qui contient les 2 MRC les plus dévitalisées du Québec, sont qualifiées pour le soutien alimentaire. De plus, cette bonification ne s’applique pas aux écoles primaires du Québec, une clientèle très vulnérable. Toutefois, cette bonification du programme permet à 100% des écoles secondaires des commissions scolaires anglophone et francophone de l’île de Montréal d’y avoir accès. C’est l’exemple parfait d’un programme mur à mur qui ne convient pas à la réalité des régions du Québec, et ce malgré un revenu disponible par habitant moyen moindre de 5520$ par an en Haute-Gaspésie comparativement à Montréal (-20%) » a déclaré le député de Gaspé.

L’indice SFR à partir duquel sont décidées les écoles qui auront droit à l’aide alimentaire se calcule selon le revenu disponible sur le territoire que la commission scolaire dessert. Comment expliquer que les écoles de Saint-Maxime-de-Mont-Louis et Murdochville, écoles desservant les municipalités les plus dévitalisées du Québec, ne puissent pas se qualifier pour ce soutien minimal, mais extrêmement important?

 

Revenu disponible par habitant (données de 2015)

Le Québec

 

 

24 085$

Montréal 27 140$
Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine 24 458$
Haute-Gaspésie                         21 620$ -20% que Montréal

C’est évident qu’il existe de la pauvreté à Montréal. C’est important de s’en occuper. Il faut aussi comprendre que la Gaspésie a des défis importants à ce niveau. C’est préoccupant de constater, à la lumière des données du revenu disponible, que nos écoles ne puissent pas se qualifier à l’aide alimentaire, et ce même avec une bonification du programme. Selon moi, il faut sans aucun doute revoir la méthode de calcul de ce programme » a déclaré le député Lelièvre.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone