Une vie dans le secteur nord de la Gaspésie est aussi importante qu’ailleurs au Québec

Des réponses insuffisantes du ministre de l’Éducation
16 avril 2018
Débat sur le discours du budget – 11 avril 2018
16 avril 2018

Une vie dans le secteur nord de la Gaspésie est aussi importante qu’ailleurs au Québec

Gaspé, le 4 avril 2018 – Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, tient à dénoncer l’exclusion de la MRC de la Haute-Gaspésie ainsi que du secteur de l’Estran en regard de la récente annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux de convertir l’horaire des techniciens ambulanciers d’un horaire de faction à un horaire à l’heure en Gaspésie. En plus d’allonger les délais d’intervention, il est inéquitable que ces récents changements ne visent pas deux secteurs géographiques spécifiques du comté de Gaspé.

Le peu de justifications reçues des instances gouvernementales dans ce dossier se limitent à des normes, des critères et des statistiques qui, une fois de plus, démontrent de mur à mur des programmes gouvernementaux et l’absence de considération en regard des réalités régionales comme celles prévalant sur une partie de la Gaspésie notamment le secteur nord.

Le député de Gaspé appui sans réserve la résolution du 12 février 2018 de la MRC des maires de la Haute-Gaspésie ainsi que le positionnement du maire de Sainte-Anne-des-Monts, monsieur Simon Deschênes, et le maire de Matane, Jérôme Landry, réclamant la conversion des horaires de factions du personnel paramédical en horaire à l’heure sur leur territoire respectif.

« Lorsque l’on parle de santé et de services ambulanciers, on ne peut créer deux classes de citoyens au Québec ! Les patients et accidentés de la Haute-Gaspésie et de l’Estran ont droit à un délai de réponse des services ambulanciers semblable à ceux des autres québécois et gaspésiens ! » a déclaré le député de Gaspé.

Rappelons-nous qu’au cours des derniers mois, l’hôpital de Sainte-Anne-des-Monts a dû composer avec plusieurs interruptions des services de son bloc opératoire notamment en raison du manque de chirurgiens et d’anesthésiologistes. Les usagers de ce secteur n’ont pas besoin en prime d’une carence au niveau des services ambulanciers.

Le député de Gaspé demande donc au ministre de la Santé et au CISSS de la Gaspésie de poser les gestes nécessaires afin de régler les problématiques de santé et de services paramédicaux dans le secteur de l’Estran et de la Haute-Gaspésie. Peut-on mettre de côté les paramètres conventionnels et faire preuve de gros bon sens et d’adaptation afin de régler les défis rencontrés dans ces deux secteurs ? Est-ce que l’occupation du territoire s’avère un concept strictement théorique pour le gouvernement du Québec ? Il y a ici dans ce dossier une belle occasion pour le gouvernement de passer de la parole aux actes. Il faut absolument placer la santé et la sécurité des citoyennes et citoyens au cœur des décisions, selon le député Lelièvre.